• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > OBAMA veut à tout prix la guerre

OBAMA veut à tout prix la guerre

S’AGIT-IL D’UNE STRATÉGIE POUR BLOQUER LA VOIE AU NOUVEAU PRÉSIDENT OU LA SOIF D’UNE FIN GLORIEUSE ?

 
 
 
Trois évènements majeurs en sont les signes avant-coureurs : 1. La Chambre des représentants vote une zone de non-survol en Syrie. 2. Le Congrès approuve la livraison, à l’opposition syrienne, des missiles surface-air. 3. La volte-face de Washington sur les propositions visant à faciliter le départ des terroristes d’Alep.
 
Dans les trois cas, ces initiatives de Washington vont tout droit vers une confrontation inévitable en Syrie où la Russie joue un rôle majeur dans la lutte contre le terrorisme et dans sa lutte pour le respect du droit international du peuple syrien à disposer de son propre destin. Sa présence en Syrie répond à une demande de l’État syrien et sa lutte contre le terrorisme vise toutes les forces armées illégitimes qui s’attaquent aux populations et aux fondements de l’État de droit.
 
Regardons de près ce que peut représenter chacune de ces trois décisions.
 
Ce que nous voyons dans la première mesure c’est l’initiative d’un gouvernement étranger, les États-Unis, qui s’octroie l’autorité de décider des zones de l’espace aérien syrien à interdire, tout particulièrement aux forces aériennes de l’armée syrienne tout comme aux forces armées aériennes russes. Cette mise en scène comporte tous les ingrédients pour que le gouvernement syrien avec ses missiles sol-air assure sa pleine autorité sur la totalité de son espace aérien. La Russie n’aura d’autres choix, en tant qu’alliée indéfectible de l’État syrien, d’assurer la protection de ce même espace aérien.
 
 
La seconde mesure porte sur la livraison à l’opposition armée syrienne de missiles surface-air. Imaginons un seul instant qu’un gouvernement étranger ait fourni ouvertement et sans soucis du droit international des armements lourds aux Forces armées révolutionnaires de Colombie, FARC-EP, pour les aider à renverser le gouvernement légitime de Colombie. C’eut été un geste dénoncé avec force par la communauté internationale et les États-Unis n’auraient pas hésité un instant à intervenir pour mettre un terme à pareilles livraisons d’armes. Pourtant, ce qu’ils font en Syrie est exactement de même nature. Ils arment et financent une opposition pour qu’elle déstabilise le gouvernement légitime de Bachar Al Assad. D’ailleurs, cette opposition armée, comme nous l’avons vu dans un article antérieur, se fond avec les terroristes qui poursuivent les mêmes objectifs.
 
La troisième décision, celle de la volte-face, fut une surprise tout à fait inattendue de la part du partenaire russe. De fait, après plusieurs heures de discussions, lors d’une rencontre à Rome, Kerry, le Secrétaire d’États des États-Unis, et Lavrov, le ministre des Affaires extérieures de Russie, en étaient venus à une proposition sur laquelle les deux parties se disaient d’accord pour résoudre la sortie des terroristes d’Alep, toujours soumis à des attaques, sans cesse plus menaçantes et efficaces de l’armée syrienne et de ses alliés. Cette proposition devait être discutée à Genève, samedi , le 3 décembre.
 
« Récemment, Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry s'étaient mis d'accord pour une rencontre à Genève sur la Syrie. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, John Kerry lui avait demandé de soutenir un document qui correspondait à la vision de la Russie.  »
 
À peine quelques jours avant cette rencontre à Genève, Sergueï Lavrov apprend ce changement de cap de la part de son partenaire étasunien. Suite à cette volte-face. Sergueï Lavrov eut ce commentaire qui en dit long sur la présente situation.
 
«  Nous avons compris qu'il est impossible de discuter sérieusement avec nos partenaires américains ».
 
Une telle phrase, comprise dans le contexte de cette autre fameuse phrase de Poutine à Valdaï, en octobre 2015, a de quoi nous interpeller : 
 
« Il y a 50 ans déjà, à Leningrad, la rue m’a appris une règle : si la bagarre s’avère inévitable, il faut frapper le premier. »
 
 
L’élection de Trump, la mise au grand jour des liens entre Washington et les terroristes, la fin d’un mandat désastreux, les victoires de la Russie et du gouvernement de Bachar Al Assad sur les terroristes, tout cela et bien d’autres choses, ouvrent la porte à bien des imprévus à très court terme.
 
 
Oscar Fortin
Le 6 décembre 2016 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 7 décembre 2016 09:05

    Rien de nouveau, « l’Empire » s’efforce de maintenir sa mainmise sur le monde. Il ne faut avoir aucun doute sur le fait qu’il ne lachera rien. Il serait totalement illusoire de penser que l’on peut grignoter le pouvoir de l’empire sans avoir de réaction de sa part.

    Or, il semble bien que l’on assiste à « un réveil » des peuples, notamment avec les derniers rejets des représentants du système. Il leur faut donc réagir partout et c’est ce qu’ils font, également en renforçant ou imposant encore plus de présence militaire dans de nouveaux pays.
    L’empire s’est créé et maintenu dans la violence, révolutions, assassinats, guerres, corruption ... c’est son mode de gouvernance et il ne va pas changer. Il faut bien faire tourner les usines et faire du profit.

    Ce faisant , il semble nous montrer que Trump est un vrai adversaire pour le système prédateur mondialiste. Evidemment, pas un « gauchiste bisounours » qui va cesser la guerre pour redistribuer, mais un adversaire du système mondialiste qui paupérise aussi le peuple US. Et les prochaines semaines, avant l’entrée en fonction de « Donald » seront très risquées pour la paix mondiale.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 09:15

      J’espère que vous nous ferez le bilan de cette prédiction dans 3 semaines, si elle ne s’est pas réalisée.

      D’ici là je ne doute pas de l’enthousiasme de tous les butors kremlinolâtres pour vos dons de voyance.

      C’est dingue, on dirait des charognards qui se lèchent les babines autour du cadavre syrien


      • roman_garev 7 décembre 2016 10:22

        @Olivier Perriet
        « autour du cadavre syrien »

        Pauvre lobotomisé sans aucune notion de ce qui se passe en Syrie, c’est le peuple syrien qui triomphe en voyant les dizaines d’autobus verts avec les égorgeurs et leurs familles partir pour Idleeb. Plus personne ne va les fusiller pour le refus de combattre.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 11:17

        @roman_garev

        Pour la suite de la libération du territoire syrien par les djihadistes verts, et si ça va au rythme de la progression d’Alep, l’affaire sera bouclée d’ici 10 ans.

        Vous pourrez danser longtemps autour des tombes. Courage smiley


      • Alren Alren 7 décembre 2016 13:10

        @Olivier Perriet

        Pour la suite de la libération du territoire syrien par les djihadistes verts, et si ça va au rythme de la progression d’Alep, l’affaire sera bouclée d’ici 10 ans.

        Visiblement la guerre en Syrie avec son cortège de morts, de mutilés, de souffrances vous convient bien puisque vous souhaitez qu’elle dure dix ans encore. Dame, cela ne touche personne de votre entourage, ni vous même !

        Mais dans votre espoir, vous oubliez que si reprendre une ville à un ennemi déterminé est long et sanglant, il n’en est pas de même quand les combats se déroulent en zone aride. L’aviation et maintenant les drones sont alors infiniment plus efficaces contre un ennemi de bas niveau technique. Or Alep, nous annonce-t-on, est libérée aujourd’hui de la peste islamiste.

        Il est clair que si les terroristes disposent de missiles sol-air provenant des USA, ceux-ci ne pourront nier comme ils le font actuellement qu’ils ont choisi daesh contre Assad.

        Avec leur actuelle supériorité technologique dans les contre-mesures, il sera peut-être possible aux Russes de leurrer ces missiles coûteux et donc peu nombreux, qui sont de toute façon peu efficaces contre des drones.

        Si Trump abandonne daesh, Assad et les Russes auront gagné dans un an. Pas dans dix ...


      • roman_garev 7 décembre 2016 13:43

        @Alren

        Ce cowboy irrité est un spécimen typique d’un Occidental borné, mal instruit et sûr de sa supériorité innée devant les « authochtones » qu’il se croit en droit de massacrer par millions en toute sécurité, d’une hauteur inaccessible, comme c’était en Yougoslavie, en Libye, en Irak et en Syrie jusqu’en 2015.

        À présent ce cowboy et ses amis impérialistes n’ont qu’à se dégonfler en grinçant leurs dents. Finie, leur supériorité fameuse et surtout leur impunité. 

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 13:46

        @Alren

        Je m’afflige au contraire de voir tant d’ambassadeurs danser autour d’un pays réduit en cendres.

        Je ne suis pas expert militaire, mais l’intensité des combats dément complètement cette analyse folle selon laquelle tous les problèmes viennent des interventions extérieures (que je ne nie pas).

        Comment la Syrie va-t-elle vivre après une pareille saignée ?
        Quelle légitimité a Assad après des années de guerre ?
        Le pays peut-il rester en un seul morceau ?

        Ces questions sont plus importantes que le cirage de pompes poutiniennes ou l’aveuglement européen.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 13:47

        @roman_garev

        il faudrait savoir :
        la guerre mondiale est pour demain, ou alors la baudruche se dégonfle ?


      • roman_garev 7 décembre 2016 13:54

        @Alren


        « si reprendre une ville à un ennemi déterminé est long et sanglant, il n’en est pas de même quand les combats se déroulent en zone aride. »

        Exact. Alep n’était bombardé par l’aviation qu’aux cas exclusifs, après le renseignement, lorsque cela ne pouvait pas nuire aux civils. Le travail principal est effectué par les forces terrestres. Leur poing d’acier sont des « Force du Tigre » (sur la photo).

        Ce qui n’est guère le cas des déserts où on est libre de vitrifier les bandits avec le sable dans lequel ils s’enfouissent. 

        De sorte que les oliviers peuvent abandonner leurs rêves sanguinaires...

      • roman_garev 7 décembre 2016 14:03

        @Olivier Perriet

        Ces questions sont évidemment importantes, mais leur tour ne viendra qu’après la liquidation des bandits armés et nourris par l’Occident et les Saoudes sur tout le territoire de la Syrie.On ne peut pas faire l’omelette avant avoir cassé les oeufs. 


        « Comment la Syrie va-t-elle vivre après une pareille saignée ? »
        Cette question, il faut la poser aux messieurs-mesdames Bush, Blair, Sarko, la Clinton, Cameron, Hollande... Tout comme les suivantes : 

        Comment la Libye va-t-elle vivre après une pareille saignée ?
        Comment l’Irak va-t-il vivre après une pareille saignée ?

        Mais surtout, avant se poser la question rhétorique « comment vivre ? », il faut d’abord survivre.

      • Alren Alren 7 décembre 2016 15:10

        @Olivier Perriet

        Pour la suite de la libération du territoire syrien par les djihadistes verts, et si ça va au rythme de la progression d’Alep, l’affaire sera bouclée d’ici 10 ans.

        Vous vous réjouissez que la guerre dure avec son cortèges de morts, de mutilations, d’orphelins de souffrance : on voit bien qu’elle ne vous touche pas !

        Je lis ce matin qu’Alep a été totalement libérée de la peste islamique. Donc les daesh vont devoir combattre en territoire aride avec manque d’eau, de nourriture, d’armement. Les avions et les drones pourront les frapper beaucoup plus facilement que dans une ville en ruine.

        Si les USA leur confiait des missiles sol-air, repérables depuis l’espace, il serait difficile ensuite à ce pays d’assumer cette ignominie devant le monde. Sans compter que les Russes, du fait de leur avance technologique dans les mesures électroniques, pourraient sans doute les brouiller et les rendre inopérants. Déjà qu’ils sont très peu efficaces contre les drones ...

        Dans ces conditions et si Trump fait ce qu’il dit, c’est-à-dire combattre en priorité les terroristes, la guerre pourrait être finie en Syrie dans un an. À la grande joie des Syriens.


      • roman_garev 7 décembre 2016 15:17

        @Olivier Perriet
        « l’affaire sera bouclée d’ici 10 ans »


        Vos amis étasuniens ne sont pas de votre avis optimiste : voici l’opinion de la CBS, même avant les victoires en Alep de derniers jours.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 16:22

        @Alren

        vous savez vraiment pas me lire ou vous le faites exprès ?


      • agent ananas agent ananas 7 décembre 2016 17:03

        @Olivier Perriet
        Je m’afflige au contraire de voir tant d’ambassadeurs danser autour d’un pays réduit en cendres.
        En effet nous nous réjouissons que le martyr du peuple syrien prendra probablement bientôt fin avec la défaite des islamistes et du plan de leurs sponsors de l’OTAN/israëlo-wahhabites.
        Vous auriez sans doute aimé des prolongations infinies ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 17:04

        @roman_garev

        Merci de confirmer que vos interventions sont une stricte propagande de guerre qui se contrefiche de l’avenir de la Syrie smiley

        De mémoire, pendant la guerre 39-45 on n’a pas attendu la chute d’hitler pour réfléchir à la fin du nazisme, même si on ne peut pas avoir de plan prévu tout fait.

        Vous me parlez des trois derniers jours, moi des 5 dernières années et des, combien au juste ? prochains mois.


      • Dom66 Dom66 7 décembre 2016 17:32

        @Olivier Perriet
        Je sais le sujet n’est pas exactement ça, mais//

        prenez 9 minutes pour regarder et visionner la vidéo ci-dessous

        Prenez 30 secondes pour me répondre que vous l’avez écoutée et visionnée

        Alexandre Del Valle et Marc Trevidic sont des spécialistes de l’islam

         http://www.tv-replay.fr/redirection/29-10-16/slt-d8-replay-11986130.html


      • Layly Victor Layly Victor 7 décembre 2016 19:14

        @Olivier Perriet
        Vous êtes vraiment dégueulasse.

        Ce qui se passe montre que, devant la défaite que leurs auxiliaires djihadistes subissent, les sionistes sont prêts à entraîner le monde dans une guerre totale.
        Ils ont utilisé à fond le levier de leur mainmise financière sur le congrès US, via leur organisme officiel de corruption, l’APAIC. Ils utilisent à fond leur marionnette Hollande qui lui aussi est prêt à aller jusqu’à la guerre totale, juste pour ne pas reconnaître qu’il s’est trompé en Syrie, juste pour son ego.

        Et vous, ça vous fait marrer. Dégueulasse !

        Je n’ai jamais pensé que la guerre finirait rapidement, car j’ai toujours pensé que les sionistes iraient jusqu’au bout dans leur folie, et qu’ils trouveraient les moyens de lier les mains de Trump et de Fillon qui sont pour la paix.

        Ne faites pas semblant, s’il vous plait, de vous apitoyer sur les malheurs du peuple Syrien. Ce n’est pas un cadavre, il est bien vivant.
        C’est vous, Hollande et sa clique, qui êtes des zombies. 

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 19:15

        @Dom66

        je connais A Del Valle depuis avant 2002. J’ai lu tous ses bouquins smiley

        Je ne nie pas ce qu’il dit (cela dit il est assez hostile aux musulmans en général, et Assad, dans son livre Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde ? n’est pas si bien traité que cela enfin bref), mais :

        1) je ne pense pas qu’on puisse déclencher une guerre dans un pays à 100% depuis l’extérieur. La guerre en Syrie est entre autre le produit de haines recuites depuis 40 ans.

        2) les analyses comme celles de l’article, ou celle des ambassadeurs Popov sont dignes de gros bourrins et contreproductives.

        3) Si Marc Trevidic pense que le conflit en Syrie va faire écrouler la société française, alors c’est qu’elle est déjà vacillante et ce n’est qu’un révélateur d’une décrépitude interne

        Il y a une grosse hostilité anti russe dans nos médias , mais je n’ai pas envie de me transformer en groupie de Vladimir pour autant :
        en fait la situation de la Syrie, ces ambassadeurs russes s’en foutent totalement !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 19:21

        @Layly Victor

        vous avez tout compris


      • covadonga*722 covadonga*722 7 décembre 2016 19:27

        @Olivier Perriet
        ) je ne pense pas qu’on puisse déclencher une guerre dans un pays à 100% depuis l’extérieur. La guerre en Syrie est entre autre le produit de haines recuites depuis 40 ans.

        bonsoir , ils règlent cela fort bien entre eux depuis des siecles, qu’avions nous a nous en mêler ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 décembre 2016 19:50

        @covadonga*722

        C’est la politique de l’émotion mêlée de supériorité et d’intérêt (enfin de prétendus intérêts).

        À se demander si on a encore une diplomatie


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 20:13

        @Olivier Perriet
        Si vous voulez savoir pourquoi la Libye et la Syrie sont détruites, demandez des explications à Sarkozy, Juppé et Fillon. Puis à Hollande, Fabius, Valls et Ayrault, tous les chantres du « Assad partir ! ».


        Les premiers ont signé avec les Anglais l’accord de Lancaster House pour coloniser la Libye et la Syrie. Les suivants ont continué, en livrant des armes « aux gentils égorgeurs modérés ».
        Et en faisant croire à la fiction de l’Armée syrienne libre et aux « Islamistes modérés ».

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 décembre 2016 08:54

        @Fifi Brind_acier

        oui, je sais. Ces interventions étrangères n’empêche pas qu’il s’agisse aussi de guerres civiles.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 décembre 2016 08:55

        @Fifi Brind_acier

        vous croyez vraiment que Popov il en quelque chose à faire de la Syrie ?


      • Layly Victor Layly Victor 8 décembre 2016 09:49

        @Alren

        Pour Israël, la poursuite indéfinie de la guerre est une bonne affaire : tant que les Arabes s’entre tuent, pour les sionistes, c’est tout benef.
        En bonus, l’élimination des Chrétiens du proche Orient est aussi une bonne affaire.

        Le soutien des « occidentaux » aux terroristes est maintenant officiel. Plus la libération de la Syrie va progresser, plus ils vont devenir haineux et violents.
        La mine déconfite de Pierret et des gens qu’il représente me rappelle la mine déconfite de certains après la libération de Paris. Ils se sont dit : « ne perdons pas espoir, le reich peut encore l’emporter ».

        Ceci dit, Pierret a raison sur un point essentiel. Ne croyons pas que c’est fini : les sionistes sont prêts à aller jusqu’à une guerre totale, jusqu’à l’embrasement du monde entier.
        Via leur organisme de financement l’APAIC, ils ont acheté le congrès américain.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 décembre 2016 10:10

        @Layly Victor

        finalement, vous dénoncez dans quel sens ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 décembre 2016 18:34

        @Olivier Perriet
        Meuuh non.... ! Il s’agit de « révolutions colorées » !! Encore et toujours, comme « le Printemps arabe », ou « le coup d’ Etat de Maïdan » en Ukraine...


        « Le jour d’avant Deraa : Comment la guerre a éclaté en Syrie »

        " Une analyse remarquable de Steven Sahiounie qui revient sur le commencement de la guerre en Syrie. Toutefois aucun média traditionnel – en France ou en Suisse – ne la publierait. Ils considèrent que c’est du « complotisme ». Ce sont des ignorants ! Ils ne font pas l’effort de rechercher l’information plurielle comme nous le faisons, comme vous le faites, chers lectrices et lecteurs. Sur la politique internationale, les guerres et les conflits, ils en savent moins que vous. [Silvia Cattori]"


      • baldis30 7 décembre 2016 09:27

        bonjour,

        Le Moyen-Orient sert de répétition générale comme le fut la guerre d’Espagne. Les intrus dans la politique d’un autre pays ne sont pas les mêmes ( euh.... pas très sure cette affirmation, à quelques alliés près.... ) .

        D’un côté des missiles sol-air, et de l’autre la protection par les S 300 russes.

        Enfin il est bien connu que l’échec dans la politique intérieure trouve un bon dérivatif dans les opérations extérieures, et si possible loin des bases.

        Or l’élection de Trump est un échec majeur pour Obama , d’autant plus majeur qu’il s’était engagé personnellement ! Sortir avec les honneurs ....c’est difficile voire impossible !

        Et cette impossibilité trouve un soin palliatif dans la guerre à coup sûr, mais il y a quelques fois des cactus !


        • Jacques_M 7 décembre 2016 09:34

          Bonjour Oscar.

          C’est assez inquiétant en effet.
          Des missiles sol-air, pourquoi faire si ce n’est abattre des avions syriens ou russes, c’est donc déjà une déclaration de guerre.
          En ce qui concerne la zone de non survol, on n’en a peu parlé dans les merdias.
          Cette info, si elle est vraie, l’UE préparerait un plan pour une autonomie locale des « rebelles » en leur procurant de l’argent : un sale coup tordu pour la paix.

          • njama njama 7 décembre 2016 16:56

            @Jacques_M
            En fait le « plan de paix » de l’UE est inacceptable pour les syriens. De mon point de vue ce n’est que gesticulations pour continuer la guerre en faisant semblant de vouloir la paix... car accepter la paix, serait signer leur défaite

            Le « plan de paix » de l’Union européenne pour la Syrie
            Réseau Voltaire | 5 décembre 2016
            Considérant que les États-Unis n’interviendront plus en Syrie après l’accession au pouvoir de Donald Trump, l’Union européenne tente de sauver ses jihadistes en Syrie.

            Fin novembre, la Haute-Représentante Federica Mogherini a proposé à ses interlocuteurs du Golfe de pousser un plan de décentralisation de la Syrie. Puisque le président el-Assad reste au pouvoir, l’Union imagine une Syrie dans laquelle le gouvernement de Damas conserverait la politique extérieure, mais où chaque gouvernorat serait autonome. De la sorte, les jihadistes pourraient continuer à occuper une partie du pays.

            Reste à convaincre les millions d’électeurs syriens qui ont porté el-Assad au pouvoir et s’apprêtent à goûter à la victoire d’accepter ce « compromis ».


          • Jacques_M 7 décembre 2016 18:07

            @njama
            Tout à fait d’accord et j’en profite pour vous remercier des infos toujours intéressantes que vous donnez.


            J’espère que Trump n’aura pas d« ’accident » ...


          • baldis30 7 décembre 2016 18:33

            @Jacques_M

            mais l’UE est prête à payer .....

            comme le montre le relais d’une information britannique par un média libanais ( bien voir qu’il s’agit d’un relais et pas d’une information faite localement) 

             l’UE est prête à payer ( aujourd’hui sur le site d’Almanar)



          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 20:23

            @Jacques_M
            Sauf que la Russie a déployé ses S300...


            Il y a d’autres négociations qui se mènent avec Trump et Flynn...

            " Contrairement à la plupart des présidents américains élus, Donald Trump n’attend pas d’être officiellement assermenté le 20 janvier. Les sources exclusives de Debka file à Washington et dans l’armée nous ont révélé qu’il s’est déjà investi, sans le dire, dans le contrôle du rôle de l’armée américaine dans les conflits syrien et irakien. Son conseiller en sécurité nationale, le lieutenant-général Michael Flynn, s’est secrètement mis en contact étroit avec le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrouchev, ainsi qu’avec le président Tayyip Erdogan de Turquie et le roi Abdullah de Jordanie. Leurs discussions secrètes préparent le terrain pour une attaque conjointe sur les bastions d’État islamique en Irak et en Syrie, peu de temps après que Trump se sera installé à la Maison Blanche. Leur plan d’opération impliquerait également les armées régulières turque, jordanienne, irakienne et des pays du golfe Persique."


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 20:29

            @baldis30
            L’UE n’a jamais avancé un euro pour des camps de réfugiés en Syrie, ni pour la reconstruction de la Syrie. Mais elle est prête à payer... pour sauver ses Islamistes chéris !!


            Elle propose de l’argent contre des régions syriennes pour les djihadistes... Ils rêvent ? Comme si Assad et ses alliés allaient accepter des califats en Syrie, où pourraient parvenir des armes et des conseillers militaires occidentaux ?

          • fred.foyn 7 décembre 2016 09:59

            Surnommé « black et decker »..vient de perdre Alep repris par Assad et ses alliés... !


            • roman_garev 7 décembre 2016 10:16

              Merci Oscar pour cet article.


              Heureseument, les évènements se déroulent si vite (plutôt l’Armée arabe syrienne soutenue par les forces russes agit si promptement), que tous ces vains efforts des Étasuniens ressemblent de plus en plus à un « brandillement de mains après la bagarre » (selon l’expression russe). 
              Regardez la carte actuelle d’Alep. Rien que durant l’après-midi d’hier et la nuit la ville ancienne a été libérée, de sorte que d’ex-Alep Est il ne reste qu’un secteur pitoyable au sud-ouest.
              De même dans les environs de Damas, qui était il y a peu encerclé par des régions entières sous le contrôle des terroristes, il ne reste en fait qu’un morceau « vert » à la Ghouta Est.
              Après la chute imminente d’Alep dans les semaines, voire des jours à venir l’AAS s’occupera d’autres régions occupées par des bandits, ce qui serait de loin plus facile, car il s’agira de petites agglomérations.
              De sorte que toute aide éventuelle étasunienne, lorsqu’elle sera approuvée et prête à être fournie, a beaucoup de chances de rester sans destinataire...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 20:41

                @roman_garev
                L’Occident est consterné par les avancées de l’armée syrienne...
                « La fureur de Washington devant la débâcle en Syrie, dans le New York Times »

                "Parmi les réactions les plus amères à ce développement, il y a un article publié en première page mardi par le New York Times intitulé « Le trophée d’Assad s’il gagne : la Syrie en miettes », qui reconnaît à contrecœur que « le président Bashar al-Assad commence à paraître capable de survivre à l’insurrection, même dans l’estimation de certains de ses adversaires les plus inébranlables ».

                Pour le Times, c’est vraiment un choc."


                Un nouveau Vietnam ?

                Ou pire ? Celui qui gagne en Syrie gagne sur l’échiquier mondial.

              • njama njama 7 décembre 2016 10:51

                Plus de 80 % d’Alep est libéré, les terroristes vont bientôt se rendre et espèrent une médiation de la Turquie

                la libération totale est imminente, quelques jours au plus
                les derniers terroristes n’ont pas d’autres choix que la reddition ou se suicider


                • JL JL 7 décembre 2016 11:03

                  @njama
                   

                  ’’les derniers terroristes n’ont pas d’autres choix que la reddition ou se suicider’’
                   
                   Ben si : la lutte à mort, jusqu’au dernier. Mais il faudrait pour cela que leurs chefs aient de l’honneur. 
                   


                • Alpo47 Alpo47 7 décembre 2016 12:14

                  @njama

                  Se suicider, ce serait bien, cela nous éviterait de les voir revenir chez nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès