• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Citrik_Elektrik

sur La démocratie représentative battue aux urnes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 20 juin 00:05

@Pierre JC Allard

Et patatra ! Votre article démarre très bien en mettant en lumière les irrémédiables carences de la démocratie participative (au cercueil duquel la trahison de Hollande a enfoncé le dernier clou). Et puis PAF ! On retombe sur les éternelles références à l’anarchisme qui discréditent le mandat impératif aux yeux de 99% des potentiels lecteurs.

Je me permets de placer mon commentaire derrière votre réponse car si la lecture du texte permet effectivement de dessiner une solution qui tend vers l’anarchisme, ça n’est pas tout à fait clairement spécifié. Avec cette référence directe à Mirbeau, ça devient en revanche tout de suite explicite.

Je vous avoue que je ne comprends pas cette obstination « jusqu’au-boutiste » de vouloir convaincre du bien-fondé de l’anarchie dans son ensemble. Ce n’est pas un jugement de ma part mais objectivement, en 2017, l’anarchie est un repoussoir. Elle fait peur et pas un seul français n’irait voter pour un programme s’y revendiquant.

En revanche, le mandat impératif est une nécessité. C’est peut-être même la première étape vers un sauvetage de la démocratie et j’y vois un terrible sabotage que de l’associer encore et toujours aux thèses anarchistes. En les associant vous les condamnez tous les deux. Alors qu’à l’heure de l’abstention de masse, de la défiance envers « les élites » et de la menace du vote obligatoire, le mandat impératif peut être le consensus providentiel. « Vous voulez nous obligez à aller voter ? OK, mais alors on vous obligera à tenir vos engagements. » Il y a un écho à cette tendance dans la population avec notamment la proposition de révocation des élus par Mélenchon qui était l’une des mesures les plus appréciées. Or de la révocation des élus au mandat impératif, il n’y a qu’un pas.

Mais au lieu de jouer la carte du consensus autour de cette mesure forte qui peut fédérer un très grand pan de l’électorat, vous allez beaucoup trop loin dans vos propositions et vous ne convaincrez pas sur les derniers points de votre schéma. Et c’est peut-être là le pire biais de tous les courants de contestation au néo-libéralisme. Chaque groupe veut imposer au monde son idéal pour la semaine prochaine quand les minarchistes avancent depuis 40 ans à pas feutrés nous infligeant petites défaites sur petites défaites. Ici une privatisation, là une « libéralisation » du travail. Sur le moment c’est quasiment indolore mais regardez les dégâts au bout de plusieurs décennies d’escroquerie.

La lecture d’un texte tel que le votre et comme il y en a beaucoup sur AV m’émerveille autant qu’elle m’attriste. Quelle chance de voir qu’il y a encore une réflexion de ce niveau dans la base citoyenne ! Quel potentiel a encore ce pays ! Quel espoir ce serait si toute cette contestation pouvait se fédérer ! Mais quel empressement... Quel dogmatisme... Quel sectarisme aussi parfois... Bref, je vais souvent me coucher plus triste qu’émerveillé. Nous sommes tristement cons et nos adversaires décidément beaucoup trop forts.

Bonne nuit quand même. smiley


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès